Plus que quelques heures à peine avant Halloween. Les petits comme les grands se préparent à vivre une soirée sous le signe de l’horreur… et des friandises. Une belle occasion pour les marques de proposer des produits spécifiques et ainsi de garder contact avec leurs clients.

Deux mois après la rentrée des classes, et à quelques jours avant le Black Friday et deux mois avant Noël, l’occasion était trop belle pour ne pas en profiter. Depuis plusieurs années, les enseignes françaises profitent de la célèbre fête venue des États-Unis pour customiser leurs produits et proposer des offres nouvelles et avantageuses à leurs clients.

Tous les secteurs de la distribution profitent d’Halloween pour multiplier les interactions avec les clients. Et pour cause, comme le rappelait l’année dernière Rosalind Brown, Directrice marketing chez Coca-Cola au Royaume-Uni : « Halloween incarne désormais l’une des plus grandes occasions dans la distribution. C’est un marché en croissance, largement soutenu par les Millennials ».

9 milliards de dollars aux États-Unis

L’événement devrait encore être un sacré succès outre-Atlantique cette année. Selon l’enquête annuelle de la National Retail Federation réalisée par Prosper Insights & Analytics, les dépenses totales pour l’Halloween devraient atteindre 9 milliards de dollars. Deuxième année record après l’année dernière où le chiffre avait atteint 9,1 milliards de dollars. Et surprise cette année : l’une des tendances est le déguisement pour animaux de compagnie, notamment chez les Millennials, selon Phil Rist, vice-président exécutif de la stratégie de Prosper Insights. Les Américains prévoient de dépenser en moyenne 86,79 dollars pour toutes leurs consommations.

Selon une étude de Clear Channel, le panier moyen en France, lui, devrait atteindre 63 euros et près de 70 euros chez les familles avec des enfants de moins de 15 ans. Parmi les achats les plus ciblés, les sucreries et autres confiseries arrivent en tête à 56%, devant les produits alimentaires type citrouille, et 36% les boissons non alcoolisées. Selon l’étude, les consommateurs sont fortement influencés par les offres et promotions proposées à l’occasion de la fête (58%), davantage encore que les innovations produits (28%).

Cap sur les confiseries

S’appuyant sur ces tendances, les enseignes affinent donc leur stratégie à l’approche de cette fête pour attirer leurs clients, en misant sur toutes les références liées à l’horreur. À commencer par les marques de bonbons.

Pour cette édition, par exemple, la marque de confiseries Haribo a confié à une agence sa stratégie d’activation autour d’Halloween. Imaginés par des enfants très créatifs, capables d’inventer les histoires les plus incroyables, Dragibus, Miami PIK, Croco, Tagada et Happy Box se transforment pour Halloween en petits monstres en quête de nouveaux compagnons de jeu. Haribo leur donne vie grâce à la réalité augmentée et propose de découvrir leurs péripéties via une application et une série de vidéos.

Chaque année, au cours du mois d’octobre, la confiserie fait le plein et voit ses ventes bondir de 60%. Entre 2013 et 2016, le volume de bonbons vendus sur la période a progressé de 12% et le chiffre d’affaires de 13,8%, selon LSA.

Le pic de dernière minute

Dans le domaine du prêt-à-porter, les enseignes les plus populaires mettent aussi en scène leurs collections. Halloween est ainsi l’occasion de jouer avec les couleurs et les matières. En France ou au Royaume-Uni, des enseignes comme Zara vont plus loin et proposent des vêtements imprimés avec des araignées, des squelettes ou des sweats estampillés des symboles de la fête. H&M propose même des déguisements complets avec des combinaisons de chauve-souris ou des capes de sorciers.

Le secteur du déguisement est d’ailleurs particulièrement impliqué sur cette période, qui s’aligne en nombre de commandes sur celles du Carnaval et des fêtes de fin d’année, avec un pic remarqué à la fin octobre pour des achats de dernière minute.

En effet, les Français n’anticipent guère la fête et se ruent sur les achats à la dernière minute, quelques jours avant Halloween. Selon Criteo, en 2017, les ventes de costumes avaient progressé de 87% une semaine avant et celles des cosmétiques de 17% par rapport à la mi-octobre par exemple.

« Nous anticipons ces moments de forte activité avec nos clients lors de la définition de leur roadmap marketing, afin de coller au plus juste aux variations de volume, souligne Édouard Layeillon, Directeur Développement Clients chez Acticall Sitel France. Nos équipes Acticall Sitel sont formées pour monter en puissance en période de forts flux d’achats, et ce quelque soit la période de l’année, et contribuent activement à la satisfaction et la fidélisation des clients ».

Cap sur les réseaux sociaux

Afin de garder le contact avec les clients et de communiquer au mieux sur leurs initiatives estampillées Halloween, les marques utilisent tous les canaux disponibles, à commencer par les réseaux sociaux, moyen devenu le plus simple et le plus efficace pour toucher le plus grand nombre.

Les enseignes lancent des concours de photos sur Instagram à partir de leurs produits ou développent des filtres Snapchat pour toucher la cible des adolescents, très intéressés par Halloween. Citrouilles, sorcières ou fantômes au programme.

C’est le cas par exemple de la marque de sucettes Chupa Chups qui dévoilera le jour de la fête le filtre (lens) Skull, dédiée à la sucette éponyme de tête de mort. De même, la marque d’eau Perrier lancera son filtre « Bouteille Perrier » le 31 octobre, permettant à tous les utilisateurs d’enfiler le costume de la célèbre bouteille le temps de la fête.


Sitel Group


contact_form_siteldesk